Des Périers vitupéré par Calvin

Dans Des scandales, paru en 1550, Calvin attaque Bonaventure des Périers, dont le nom figure à côté de celui de Rabelais et de Gouvéa:

Chacun sçait qu’Agrippa, Villeneuve, Dolet, et leurs semblables ont tousjours orgueilleusement contemné l’Evangile: en la fin, ils sont tombez en telle rage, que non seulement ils ont desgorgé leurs blasphemes execrables contre Jesus Christ et sa doctrine, mais ont estimé, quant à leurs ames, qu’ils ne differoyent, en rien des chiens et des pourceaux. Les autres, comme Rabelais, Degovea, Deperius et beaucoup d’autres que je ne nomme pas pour le present, après avoir gousté l’Evangile, ont esté frappez d’un mesme aveuglement. Comment cela est-il advenu, sinon que desja ils avoyent par leur outrecuidance diabolique profané ce gage sainct et sacré de la vie eternelle? Je n’en ay guere nommé pour ceste heure; mais nous avons à penser que Dieu nous monstre au doigt toutes telles gens, comme miroirs, pour nous advertir de cheminer en sa vocation avec  crainte et solicitude, de peur qu’il ne nous en adviene autant.

On retrouve le portrait du traducteur de psaumes, tenté par l’évangélisme mais qui n’a pas franchi le pas de la rupture avec l’Église catholique.

Source:

Jean Calvin, Des scandales, éd. Olivier Fatio, Genève, Droz, 1984, p. 139-140, « Autre scandale, qu’il semble que l’Evangile soit une ouverture de impieté »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *