Une évocation des activités de secrétaire des Des Périers auprès de Marguerite

Dans son oraison funèbre de Marguerite de Navarre, Charles de Sainte-Marthe évoque les relations que la Reine entretenait avec ses secrétaires:

Et si elle s’appliqueoit, ou aux tappis, ou à d’aultres ouvrages de l’eguille (qui luy estoit une tresdelectable occupation) elle havoit pres d’elle quelcun, qui luy lisoit ou un historiographe, ou un poete, ou un aultre notable & utile auteur : ou elle luy dicteoit quelque meditation, qu’il mettoit par escrit. Je diray davantage un acte d’elle, qui pourra possiblement esmerveiller plusieurs personnes qui l’entendront, mais toutefois qui est veritable : & qui seroit (s’il en estoit necessité) confermé par le tesmoignage de maints grands & honorables hommes & femmes, qui comme moy l’ont veu : c’est que bien souvent elle entendoit à son ouvrage, & des deus costés au tour d’elle, deus de ses secretaires, ou aultres, estoient soubs elle occupés : l’un à recevoir des vers francois, qu’elle composeoit promptement, mais avec une erudition & gravite admirable : l’aultre, à escrire des lettres, qu’elle envoieoit à quelcun.

Sources:

  • In obitum incomparabilis Margaritae, illustrissimae Navarrorum reginae oratio funebris, Paris, Regnault et Claude Chaudière, 1550, in-4°, f° K ii v°-K iij r°.
  • Oraison funebre de l’incomparable Marguerite, Royne de Navarre, Duchesse d’Alencon. Composee en latin, par Charles de Saincte Marthe : & traduicte par luy, en langue Francoise. Plus, Epitaphes de ladicte D     me : par aulcuns Poetes Francois. Icy est le mirouer des Princesses, Imprime a Paris par Regnault Chauldiere, & Claude son fils, le vingtiesme d’April, 1550. Avec Privilege du Roy, pour six ans..


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *