Ronsard, lecteur de Des Périers?

« Le Cantique de Siméon » est l’occasion, pour Des Périers, d’un travail sur le rythme de la strophe. Des Périers suit en cela la voie ouverte par Marot lors de sa traduction des Psaumes. Des Périers a opté pour un sixain que Philippe Martinon qualifie de « médiocrement lyrique » (p. 23), tout en en reconnaissant la joliesse des vers très courts.

Philippe Martinon, toujours, souligne que cette forme a été reprise par Ronsard et son entourage, en particulier dans la célèbre pièce adressée à Cassandre:

La lune est coutumière

Renaître tous les mois (…)

Il remarque que cette forme se retrouve également dans les chansons de Saint-Gelais à la même époque et suppose qu’il s’agit d’un rythme populaire, malgré les origines italiennes qu’on lui prête.

Bibliographie:

Philippe Martinon, Les strophes. Étude historique et critique sur les formes de la poésie lyrique en France depuis la Renaissance, Paris, Champion, 1911, p. 23-24.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *