Bonaventure étrenneur

Le recueil de 1544 présente une étrenne adressée « A Claude le Maistre, Lyonnois ». Des Périers s’inscrit ainsi dans la tradition poétique du genre des étrennes, dont Clément Marot est le maître à la Renaissance.

Dans le dernier numéro de la revue Seizième siècle, Mathilde Vidal propose une histoire du genre – qui n’est toutefois pas identifié comme tel d’après les arts poétiques publiés au cours du siècle. Elle rappelle que le modèle remonte aux livres XIII et XIV des épigrammes de Martial, qui avait choisi la forme brève afin de faire figurer les poèmes sur les étiquettes accompagnant les cadeaux, lors de la fête des Saturnales. La pratique des étrennes se retrouve diffuse en particulier au XIVe siècle, en France. Elle a lieu au 1er janvier et met en oeuvre des formes poétiques variées. C’est surtout dans les années 1520 que la pratique refait surface, d’abord de manière manuscrite, notamment dans l’entourage de Marguerite de Navarre, puis sous forme imprimée, avec la parution dans les années 1530 chez Alain Lotrian des Estrenes des filles de Paris de Jehan Divry.

Mathilde Vidal émet l’hypothèse que ce serait en fréquentant Marguerite de Navarre que Clément Marot se serait familiarisé à la pratique de l’étrenne. Or, on peut remarquer que Bonaventure des Périers faisait lui aussi partie de l’entourage de la Reine de Navarre, dont il est le valet de chambre.

Bibliographie:

Mathilde Vidal, « Panorama de l’étrenne: petite histoire d’un genre méconnu de la poésie française (1530-1650) », Seizième siècle 13 / 2017, p. 215-228.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *