Bonaventure étrenneur

Le recueil de 1544 présente une étrenne adressée « A Claude le Maistre, Lyonnois ». Des Périers s’inscrit ainsi dans la tradition poétique du genre des étrennes, dont Clément Marot est le maître à la Renaissance.

Dans le dernier numéro de la revue Seizième siècle, Mathilde Vidal propose une histoire du genre – qui n’est toutefois pas identifié comme tel d’après les arts poétiques publiés au cours du siècle. Elle rappelle que le modèle remonte aux livres XIII et XIV des épigrammes de Martial, qui avait choisi la forme brève afin de faire figurer les poèmes sur les étiquettes accompagnant les cadeaux, lors de la fête des Saturnales. La pratique des étrennes se retrouve diffuse en particulier au XIVe siècle, en France. Elle a lieu au 1er janvier et met en oeuvre des formes poétiques variées. C’est surtout dans les années 1520 que la pratique refait surface, d’abord de manière manuscrite, notamment dans l’entourage de Marguerite de Navarre, puis sous forme imprimée, avec la parution dans les années 1530 chez Alain Lotrian des Estrenes des filles de Paris de Jehan Divry.

Mathilde Vidal émet l’hypothèse que ce serait en fréquentant Marguerite de Navarre que Clément Marot se serait familiarisé à la pratique de l’étrenne. Or, on peut remarquer que Bonaventure des Périers faisait lui aussi partie de l’entourage de la Reine de Navarre, dont il est le valet de chambre.

Bibliographie:

Mathilde Vidal, « Panorama de l’étrenne: petite histoire d’un genre méconnu de la poésie française (1530-1650) », Seizième siècle 13 / 2017, p. 215-228.

Quelques notes sur les sources de Des Périers

Dans un article sur la poésie religieuse de Des Périers, Lionello Sozzi souligne le fait que la poésie de Des Périers s’appuie presque systématiquement sur un hypertexte, comme si « le poète se mépren[ait] sur la gentillesse de sa propre inspiration ». Ainsi, presque la moitiés du recueil de 1544 est constituée de traductions ou de paraphrases poétiques: « L’inspiration de Bonaventure semble avoir besoin d’un soutien, sa muse ne prend l’essor qu’à partir d’un terrain que d’autres ont déjà défriché. » Parmi ces textes composés avec tuteurs, on trouve:

  • « Des Roses »: Ausone
  • Épitaphe du Dauphin François: vers du poète néo-latin Lateranus
  • « La queste d’amitié »: Platon (par la version de Ficin, me semble-t-il. Le travail d’identification des sources est en cours)
  • « L’homme de bien »: pseudo-Virgile, « De ludo »
  • « Des quatre princesses »: pseudo-Sénèque, Traité des quatre vertus (attribuable à Martin de Braga)
  • Blason du nombril: néo-platonisme de Ficin, Cantique des Cantiques, et peut-être Héroët (avec un problème de priorité entre Des Périers et Héroët)
  • « Cantique de la Vierge » et « Cantique de Siméon »: Évangile de saint Luc, paraphrase poétique du « Magnificat » (I, 46-55 et II, 29-32)
  • « Le Cry touchant de trouver la bonne femme »: proverbe de la femme forte, Proverbes, XXXI, 10-31, d’après la traduction de la Bible par Olivetan, à laquelle Des Périers à participé sous le ton d’Eutychus Deperius. C’est aussi sur la traduction d’Olivetan que Des Périers s’est appuyé pour sa traduction du « Cantique de Moyse » tiré du Deutéronome (XXXII, 1-43) publié dans un recueil de psaumes de 1545.

Source:

Lionello Sozzi, « Remarques sur la poésie religieuse de Des Périers », in Études seiziémistes offertes à M. le Professeur V.-L. Saulnier, Genève, Droz, 1980, p. 205-222.

Une évocation des activités de secrétaire des Des Périers auprès de Marguerite

Dans son oraison funèbre de Marguerite de Navarre, Charles de Sainte-Marthe évoque les relations que la Reine entretenait avec ses secrétaires:

Et si elle s’appliqueoit, ou aux tappis, ou à d’aultres ouvrages de l’eguille (qui luy estoit une tresdelectable occupation) elle havoit pres d’elle quelcun, qui luy lisoit ou un historiographe, ou un poete, ou un aultre notable & utile auteur : ou elle luy dicteoit quelque meditation, qu’il mettoit par escrit. Je diray davantage un acte d’elle, qui pourra possiblement esmerveiller plusieurs personnes qui l’entendront, mais toutefois qui est veritable : & qui seroit (s’il en estoit necessité) confermé par le tesmoignage de maints grands & honorables hommes & femmes, qui comme moy l’ont veu : c’est que bien souvent elle entendoit à son ouvrage, & des deus costés au tour d’elle, deus de ses secretaires, ou aultres, estoient soubs elle occupés : l’un à recevoir des vers francois, qu’elle composeoit promptement, mais avec une erudition & gravite admirable : l’aultre, à escrire des lettres, qu’elle envoieoit à quelcun.

Sources:

  • In obitum incomparabilis Margaritae, illustrissimae Navarrorum reginae oratio funebris, Paris, Regnault et Claude Chaudière, 1550, in-4°, f° K ii v°-K iij r°.
  • Oraison funebre de l’incomparable Marguerite, Royne de Navarre, Duchesse d’Alencon. Composee en latin, par Charles de Saincte Marthe : & traduicte par luy, en langue Francoise. Plus, Epitaphes de ladicte D     me : par aulcuns Poetes Francois. Icy est le mirouer des Princesses, Imprime a Paris par Regnault Chauldiere, & Claude son fils, le vingtiesme d’April, 1550. Avec Privilege du Roy, pour six ans..

Bonaventure dans les livres de comptes de Marguerite d’Angoulême

On trouve, dans le livre de dépenses de Marguerite d’Angoulême, tenu par Jehan Frotté, mention de Bonaventure des Périers qui retrouve sa place de valet de chambre en 1541 auprès de la soeur du Roi, après qu’il fut rayé de l’état de sa maison.

Ainsi, au mois de juin 1541 figure un mandement de paiement, auquel s’ajoute, au mois d’octobre, un second:

« Le XVIIIe jour du mois d’octobre fut dépesché ung mandement adressant au receveur d’Alençon et du Perche, maistre Guillaume Alboust, pour mectre ès mains de Bonaventure des Périers la somme à quoy se pourra monter le rachapt des roy et reyne de Navarre par le décès de feu Jean Peigne pour raison du fief, terre et seigneurie des Champs tenue desditz seigneur et dame à cause de leur chastellenie de Belesme. »

C’est également en octobre 1541 qu’apparaît l’ordre de rétablir Bonaventure des Périers dans ses fonctions de valet de chambre et de lui verser sa pension pour l’année passée.

« Le dernier jour dudit mois d’octobre, dépesché à Dijon ung mandement adressant au trésorier et receveur général d’Alençon maistre Mathurin Javelle pour payer des deniers de sa charge de ceste présente année, finissant le dernier jour de décembre prochain venant, à Bonaventure des Périers, la somme de 110 livres tournoys à lui ordonnée par la dicte dame pour ses gaiges de varlet de chambre durant la dite année en laquelle il a esté obmis estre couché dans l’estat »

H. de la Ferrière-Percy rapproche ce dernier mandement des vers suivants adressés au chancelier d’Alençon (cités sur l’éd. Lacourt):

Prudent chancelier de renom,

Avant que faire la closture

De l’estat, n’oubliez le nom

Tant joyeux de Bonaventure.

Rappelons, enfin, que c’est un autre valet de chambre de Marguerite de Navarre, Antoine Du Moulin, qui éditera en 1544 le Recueil des Oeuvres de feu Bonaventure des Périers, qu’il a donc probablement côtoyé auprès de la Reine de Navarre.

Bibliographie:

Hector de la Ferrière-Percy: Marguerite d’Angoulême (soeur de François Ier). Son livre de dépenses (1540-1549). Étude sur ses dernières années, Paris, Auguste Aubry, 1862.

Ronsard, lecteur de Des Périers?

« Le Cantique de Siméon » est l’occasion, pour Des Périers, d’un travail sur le rythme de la strophe. Des Périers suit en cela la voie ouverte par Marot lors de sa traduction des Psaumes. Des Périers a opté pour un sixain que Philippe Martinon qualifie de « médiocrement lyrique » (p. 23), tout en en reconnaissant la joliesse des vers très courts.

Philippe Martinon, toujours, souligne que cette forme a été reprise par Ronsard et son entourage, en particulier dans la célèbre pièce adressée à Cassandre:

La lune est coutumière

Renaître tous les mois (…)

Il remarque que cette forme se retrouve également dans les chansons de Saint-Gelais à la même époque et suppose qu’il s’agit d’un rythme populaire, malgré les origines italiennes qu’on lui prête.

Bibliographie:

Philippe Martinon, Les strophes. Étude historique et critique sur les formes de la poésie lyrique en France depuis la Renaissance, Paris, Champion, 1911, p. 23-24.

Des Périers, inventeur de l’ode française?

Dans sa Réplique, Des Autels affirme que si Ronsard a développé l’ode française, il ne l’a toutefois pas inventée. Il précise ainsi que:

Je veux aussi bien advertir les François, que nostre Bourgogne leur ha produit le premier qui a commencé à bien user de l’ode, c’est Bonaventure des Periers, comme le montre son voyage de l’isle (…).

(Réplique, p. 370)

Des Périers a en effet adopté un mètre court dans des strophes hétérométriques, alternant strophes masculines et strophes féminines, qui transposent ainsi en français la variété métrique latine mise en oeuvre en particulier par Horace dans ses Odes. D’après Philippe Martinon, l’alternance entre rimes féminines et rimes masculines sur un rythme impair, héritage de la chanson médiévale, permet à Des Autels de faire le lien entre chanson française et ode, dont le rythme est mesuré à la lyre. Des Autels récuse ainsi « l’imitation-transposition des strophes antiques » (N. Dauvois, p. 183).

Par ailleurs, Philippe Martinon remarque que Des Autels reproduira le rythme au complet de cette pièce dans ses oeuvres. Le rythme adopté dans cette pièce provient d’un rythme ancien de strophe lyrique (3.3.7), légèrement modofié en retranchant ou allongeant parfois d’une syllabe l’un des vers courts:

Le second des deux verts courts d’abord, et ensuite le premier, est porté de 3 à 4, ce qui donne 3.4.7.4.3.7; dans le deuxième sixain, les deux vers courts sont remplacés successivement par 4.2 et 2.4, ce qui fait 4.2.7. 2.4.7. Ce dernier sixain, qui ne faut pas le premier, se retrouve ailleurs, dans le recueil.

Cette pièce qui reprend le rythme mis en lumière par Philippe Martinon est « À Clément Marot, Pere des Poëtes Françoys » dont voici la première strophe:

Mon Pere,

J’ay veu mon Frere

Accoustré mignonnement,

Que je m’en taise

De l’aise

Je ne pourrois bonnement(…)

Ce travail hétérométrique est peut-être à rapporter ici à l’identité même du dédicataire, qui, en tant que traducteur des Psaumes, a particulièrement favorisé le développement de la strophe hétérométrique dans la poésie lyrique française (sur le rôle de Marot, voir Philippe Martinon, p. 8-20).

Bibliographie:

  • Guillaume Des Autels, Réplique de Guillaume Des Autelz aux furieuses défenses de Louis Meigret avec la suite du repos de l’autheur, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazaeu, 1551.
  • Philippe Martinon, Les Strophes, étude historique et critique sur les formes de la poésie lyrique en France depuis la Renaissance, Paris, Champion, 1911, en particulier p. 22-23.
  • Nathalie Dauvois, La Vocation lyrique. La poétique du recueil lyrique en France à la Renaissance et le modèle des Carmina d’Horace, Paris, Garnier, 2010, p. 181-183.

Des Périers, traducteur d’Horace

Toujours dans le Recueil de 1544, figure une traduction par Des Périers de la première satire d’Horace, intitulée « Des mal contens » et offerte « A Pierre de Bourg Lyonnois ». Cette traduction est en vers blanc octosyllabiques.

Lionello Sozzi propose d’y voir un simple exercice scolaire, que l’on pourrait rapporter à la période où Des Périers exerçait les fonctions de maître d’école à Autun, à la fin des années 1520 et au début des années 1530.

Sur Horace à la Renaissance, on consultera avec profit le travail mené à Paris 3 dans le cadre du projet ANR Renaissances d’Horace.

Bibliographie:

Lionello Sozzi, Les Contes de Bonaventure Des Périers: contribution à l’étude de la nouvelle, Turin, G. Giappichelli Editore, 1965, p. 15.

Un blason de Des Périers

Le double colloque sur les blasons organisé par Thomas Hunkeler et Julien Goeury (programme) a permis de relancer la réflexion sur les blasons anatomiques du corps féminin, qui apparaît en particulier comme une manifestation de sociabilité poétique conformément aux pratiques lyonnaises du milieu des années 1530 au milieu des années 1540.

De fait, si Des Périers n’a pas participé au recueil des blasons, il a toutefois sacrifié au genre avec un « blason du nombril », publié dans l’édition posthume de 1544:

Le Blason du Nombril. A Jean des Goutes, Lyonnois.

Petit Nombril, milieu et Centre,

Non point tant seulement du ventre,

Entre les Membres enchassé,

Mais de tout ce Corps compassé,

Lequel est Souverain Chef d’œuvre,

Ou naifvement se descœuvre

L’art de l’ouvrier qui l’a orné,

Comme un beau Vase bien tourné,

Duquel tu es l’achevement,

Et le bout, auquel proprement

Celle grand’ Chaine d’or des Dieux

Tenant au hault Nombril des Cieulx

Fut puis par iceulx attachee,

Et petit à petit laschee,

En avallant ca bas au monde

Leur Poupine tan pure & munde,

Qui leur donna, comme j’entends,

Cent mille petis Passetemps

Avant qu’elle fust descendue,

Et des cieulx en terre rendue,

Au reng de ses predecesseurs,

Et au beau milieu de ses Sœurs

Les Vertus & Graces benignes.

Petit Neu, qui des mains Divines

Apres tout le reste parfaict

As esté le fin dernier faict,

Et manié tout freschement,

Duquel tresheureux touchement

La doulce Memoire recente

Tant te satisfaict & contente,

Qu’a peine à ton plus grand Amy

Te veulx tu monstrer à demy,

Ains te retires tellement

Que tu ne parois nullement

De peur que pollu tu ne sois

Si l’humain touchement recois

Qui en toy le Divin efface.

Petit Quignet, retraict, & place

De souveraine Volupté,

Ou se musse la voulenté

De chatouilleuse jouyssance,

Qui aux convis d’avantnaissance

Servis de Bouche au petit Corps,

Lequel ne mangeoit point pour lors,

Ains par toy sucçoit doulcement

Son delicat nourrissement,

Dont le petit Poupin croissoit

A mesure qu’on le trassoit

A mesure qu’on le trassoit

Au flan gauche de la matrice.

O l’ancienne Cicatrice

De la rongneuse doloreuse,

Que Deité trop rigoreuse

Feit jadis au povre Homfenin,

Animal sans fiel, ne venin !

Lequel, contre toute pitié,

Fut divisé par la mytié,

Et faict d’un Entier tant heureux

Deux demys Corps trop langoreux,

Qui depuis sont tousjours errans,

Et l’un l’autre par tout querans

En grand desir d’eulx reünir,

N’estoit le honteux souvenir

De la Divine cruaulté,

Qui, nonobstant leur loyaulté,

Les vient si fort esfaroucher,

Qu’ilz ne s’oseroient approcher

Pour rassembler leur Creature

Quand ilz se trouvent d’adventure,

Sinon quelque fois en secret,

Ou ilz desgorgent le regret

Qu’ilz ont de leur perte indicible,

Essayans s’il seroit possible

Que leurs Nombrilz, ensemble mys,

Devinssent Un de deux Demys,

Comme ilz estoient premierement

Avant leur desemparement

Petit bout, petit but unique,

Ou viser faulx & inique

Ne peut attaindre de vistesse,,

Mais bien le loyal par addresse,

S’il ne m’est possible en presence

Te veoir, au moins en recompense

Ay je dequoy penser en toy,

Car je trouve je ne scay quoy

En toutes choses de Nature,

Ayant la forme & pourtraicture

De toy, Nombril, tant gracieux,

Et de celuy qui est es cieulx,

Quand ne seroit ja que le mien

Qu’en memoire de vous je tien,

Et considere jours & nuicts

Pour tout soulas de mes ennuys.

O Nombril ! dont l’aise parfaicte

Gist au Demy qui te souhaite,

Lequel jamais ne sera aise

Que franchement il ne te baise,

En remembrance singuliere

De l’union, jadis Entiere,

Ou se peult trouver justement

L’heureux poinct de Contentement.

 

On constate que ce blason est offert à Jean des Gouttes, personnage essentiel du milieu lyonnais que les travaux de Pascale Mounier, dans son édition de Philandre, ont permis de mieux connaître. Jean des Gouttes est un familier du groupe qui gravite à Lyon autour d’Étienne Dolet, de Maurice Scève et de Charles Fontaine. Il participe par exemple au Recueil de vers latins et vulgaires de 1536 sur la mort du Dauphin.

« Le Cantique de Simeon » cité par Marguerite de Navarre

Le Recueil des Oeuvres de feu Bonaventure Des Périers présente deux paraphrases du « Cantique de la Vierge » et du « Cantique de Siméon » adressées à la Reine de Navarre. Cette dernière pièce est insérée par Marguerite de Navarre dans L’Inquisiteur. Elle fait partie des chansons entonnées par les enfants, qui participent à la conversion de l’inquisiteur.

Le Cantique de Simeon. A ladicte Dame.

Puis que de ta promesse

L’entier accomplyment

Octoye à ma vieillesse

Parfaict contentement,

J’attendray, sans soucy,

De la mort la mercy.

L’estincelle derniere

De mes ternissans yeux

Ont veu de ta lumiere

Le Rayon gracieux,

Dont je suis esblouy,

Et mon cueur resjouy.

Le Rayon pur, et munde,

Que tu as envoyé,

A fin que ce bas monde

Ne fust plus desvoyé,

Car son lustre obscurcy

En sera esclarcy.

Ta clarté preparée

Qui de loing reluyra,

A la gent esgarée

Par tout esclairera,

Et ton peuple affoibly

Sera lors anobly.

 

Bibliographie:

Verdun-L. Saulnier, « Étude critique sur les comédies profanes de Marguerite de Navarre », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 1947, IX, p.77, et Théâtre profane de Marguerite de Navarre, 2e édition, Genève, Droz, 1963, p.81.

 

Sur la mort de Bonaventure des Périers

C’est par Henri Estienne, dans le chapitre XVIII de l’Apologie pour Herodote (1566) qu’a été transmise la tradition selon laquelle Des Périers se serait suicidé:

Je n’oublieray pas Bonaventure Des Periers, l’auteur du detestable livre Cymbalum Mundi, qui nonobstant la peine qu’on prenoit à le garder (à cause qu’on le voyoit estre desespéré et en deliberation de se deffaire) fut trouvé s’estant tellement enferré de son espee, sur laquelle il s’estoit jetté, l’ayant appuyée le pommeau contre terre, que la pointe sortoit par l’eschine.

Ce témoignage a été repris par Pierre de l’Estoile qui a noté sur un exemplaire de l’édition du Cymbalum de 1538:

Telle vie, telle fin, avéré par la mort de ce miserable indigne de porter le nom d’homme.

Cette tradition, portée par des détracteurs de Des Périers, doit être considérée avec circonspection.

« Du Voyage de Lyon à Nostre Dame de l’Isle. 1539 »

Dans « Du Voyage de Lyon à Nostre Dame de l’Isle », Des Périers conte une procession qui eut lieu lors de la fête de l’Ascension, 15 mai 1539, à l’église Nostre-Dame de l’Île Barbe. La chapelle accueillait régulièrement des processions nautiques lyonnaises.

Ces processions apparaissent à plusieurs reprises dans la poésie locale. Citons, bien évidemment, Maurice Scève, dans les dizains CCLI et CCXLII de Delie, ainsi que le poète Philibert Girinet, dans son « De Petri Gauteri in pragmaticorum Lugdunensium principem electione idyllion » (paru dans En habes lector bucolicorum auctores XXXVIII. quotquot videlicet a Vergilii aetate ad nostra usque tempora, eo poëmatis genere usos, sedulo inquirentes nacisci in praesentia licuit: Farrago quidem Eclogarum CLVI. mira cum elegantia tum varietate referta, nuncque primum in studiosorum juvenum gratiam atque usum collecta: horum vero omnium catalogum proxima post praefationem pagella reperies, Bâle, Jean Oporin, 1546, in-8o, p. 738-747: disponible ici, sur GoogleBooks). C. Breghot du Lut a publié une édition bilingue du poème de Girinet: Le Roi de la Basoche, poème latin inédit de Philibert Girinet. Traduit en français, avec des notes, par C. Breghot du Lut, Lyon, Antoine Perisse, 1838.

À propos du Taratantara

Le Recueil des oeuvres présente un « Caresmeprenant, En Taratantara » et signe ainsi l’entrée du mot dans le vocabulaire poétique français.

Dans Le décasyllabe à césure médiane. Histoire du taratantara (Paris, Garnier, 2012), Alain Chevrier étudie l’origine du mot et son parcours dans la poésie française. Ce sont les débuts du taratantara dans la poésie française qui nous intéresseront ici.

Origines antiques du taratantara

La première occurrence connue du mot se trouve dans un vers d’Ennius, fragment des Annales rapporté par Priscien et par Servius dans son commentaire sur Virgile:

At tuba terribili sonitu taratantara dixit

(mais la trompette fait entendre ses terribles sons, son taratantara)

Le mot est souvent cité comme exemple de cacophonie: il sonne ainsi dans les textes latins du XVIe siècle, au coeur des combats. Les humanistes ont ressuscité l’onomatopée, qui n’avait pas survécu par voie orale, à partir des textes antiques.

Les débuts du taratantara en France au XVIe siècle

Au XVIe siècle, c’est Christophe de Barrouso qui emploie le mot à propos de vers à césure après la 5e syllabe (Le Jardin amoureux contenant toutes les regles damours: avecques plusieurs lettres missives tant de lamant comme de lamye: faict et composé par Cristofle de Barrouso, Lyon, (1537)). Walter Thomas (Le Décasyllabe roman et sa fortune en Europe. Essai de métrique comparée, Travaux et mémoires de l’Université de Lille, 1904, p. 45, n. 2) présente l’hypothèse d’une influence espagnole chez Des Périers et chez Barrouso. Ces auteurs auraient emprunté au modèle du verso de corte mayor, vers purement accentuel.

Selon Alain Chevrier, Des Périers a pu trouver le mot taratantara dans la littérature ancienne et néolatine. Quant à la forme en 5-5, il a pu prendre connaissance du livre deBarrouso paru à Lyon quelques années plus tôt.

La forme du taratantara chez Des Périers

Quant à la forme du vers taratantara chez Des Périers, Alain Chevrier propose un essai de scansion. il relève ainsi 90% d’iambes (110) et d’anapestes (56). Au terme de ce travail de scansion, Alain Chevrier aboutit à la conclusion suivante: « Le taratantara de Bonaventure des Périers nous paraît ainsi pouvoir se définir comme un vers composé qui suit à la fois une contrainte syllabique (2 hémistiches de 5 syllabes) et une contrainte accentuelle » (p. 90). Toutefois, Alain Chevrier ne rejette pas totalement l’hypothèse purement syllabique: « Dans cette conjecture, on peut penser que pour amuser sa protectrice, le poète se serait livré à un jeu de déconstruction du décasyllabe ordinaire, en lui donnant le rythme de deux pentasyllabes. Dans ses comédies, Marguerite de Navarre a écrit de longues tirades sur ce petit vers dansant » (p. 91).

Le Recueil présente une seconde occurrence de taratantara, moins affichée: il s’agit de l' »Epître de félicitation à Marot, lors de son retour de Ferrare », apparemment en prose (Recueil, p. 120). Une fois reconstitués, ces huit vers constituent des taratantara en rimes plates. Ces vers se cachent, « honteux d’être « sans rime ni raison » ». L’expression tire son origine de la prosodie, « sans rime ni mesure ». En ce sens, l’expression employée par Des Périers pourrait faire pencher dans le sens d’une origine non accentuelle de ce vers.

Le vostre volant Dedalus

Ce carnet porte sur le Recueil des oeuvres de feu Bonaventure des Périers, paru de manière posthume à Lyon en 1544.

Bonaventure des Périers est essentiellement connu comme l’auteur des Nouvelles Récréations et Joyeux Devis parus de manière posthume en 1558. On lui attribue également, avec quelques précautions, la paternité de l’anonyme et étrange Cymbalum Mundi. Il a par ailleurs collaboré, sous le nom d’Eutychus Deperius, à la Bible d’Olivétan (1535), puis à l’édition des Commentaires de la langue latine de Dolet (1536). On oublie souvent le Recueil de ses œuvres, édité par Antoine Du Moulin après sa mort et paru en 1544 chez Jean de Tournes, recueil qui n’a depuis connu qu’une édition partielle par Lacour au XIXe siècle pour la Bibliothèque Elzévirienne.

Ce Recueil, dédié à Marguerite de Navarre (dont Des Périers comme Du Moulin étaient les valets de chambre), présente pourtant un intérêt non négligeable : on y trouve la première traduction française du Lysis de Platon, une paraphrase en vers blancs de la première satire d’Horace ainsi qu’une traduction en vers du De Quatuor Virtutibus Cardinalibus (alors attribué à Sénèque), des opuscules divers, en vers ou en prose, adressés à diverses personnalités politiques, nationales ou lyonnaises, des épigrammes ainsi que des chansons spirituelles et paraphrases bibliques. Certaines de ces pièces furent mises en musique par Jacques Buus, musicien protestant qui séjourna à Lyon avant de rejoindre l’Italie et de publier un recueil de chansons spirituelles.

Les pièces adressées à Marguerite de Navarre attirent particulièrement l’attention, en ce qu’elles permettent de compléter l’étude du cercle de la Reine et plus particulièrement d’affiner l’analyse des positions religieuses – nuancées et parfois contradictoires – de ce groupe en ces années cruciales dans l’histoire religieuse du siècle. Bonaventure des Périers appartient à un réseau perméable aux idées de l’évangélisme et le Recueil accorde à la reine de Navarre une place centrale dans la spiritualité de l’auteur.

Le Recueil marque une étape essentielle dans la politique éditoriale de l’imprimeur Jean de Tournes : c’est le premier recueil de poésie contemporaine sorti des presses de l’imprimeur. Il inaugure ainsi une série poétique menée par l’éditeur scientifique Antoine Du Moulin : dès l’année suivante en effet paraissent les Rymes de Pernette Du Guillet, elles aussi posthumes, dont nous avons donné l’édition scientifique chez Droz en 2006. Le Recueil contribue en particulier à diffuser les théories néoplatoniciennes introduite en France par le milieu lyonnais et que l’on retrouvera régulièrement dans le catalogue de Jean de Tournes (dès les Rymes de Du Guillet). Des Périers associe étroitement le néoplatonisme à sa spiritualité, contrairement par exemple à un Antoine Héroët qui laïcise le modèle ficinien.

Par ailleurs, c’est à la fin du Recueil que Jean de Tournes, alors au début de sa carrière à son compte, fait figurer un étonnant avis de « L’imprimeur aux imprimeurs » qui se présente comme une charte instaurant une éthique de l’impression, afin de respecter le travail de la concurrence en limitant les pratiques de pillages et de piratages.