Bonaventure étrenneur

Le recueil de 1544 présente une étrenne adressée « A Claude le Maistre, Lyonnois ». Des Périers s’inscrit ainsi dans la tradition poétique du genre des étrennes, dont Clément Marot est le maître à la Renaissance.

Dans le dernier numéro de la revue Seizième siècle, Mathilde Vidal propose une histoire du genre – qui n’est toutefois pas identifié comme tel d’après les arts poétiques publiés au cours du siècle. Elle rappelle que le modèle remonte aux livres XIII et XIV des épigrammes de Martial, qui avait choisi la forme brève afin de faire figurer les poèmes sur les étiquettes accompagnant les cadeaux, lors de la fête des Saturnales. La pratique des étrennes se retrouve diffuse en particulier au XIVe siècle, en France. Elle a lieu au 1er janvier et met en oeuvre des formes poétiques variées. C’est surtout dans les années 1520 que la pratique refait surface, d’abord de manière manuscrite, notamment dans l’entourage de Marguerite de Navarre, puis sous forme imprimée, avec la parution dans les années 1530 chez Alain Lotrian des Estrenes des filles de Paris de Jehan Divry.

Mathilde Vidal émet l’hypothèse que ce serait en fréquentant Marguerite de Navarre que Clément Marot se serait familiarisé à la pratique de l’étrenne. Or, on peut remarquer que Bonaventure des Périers faisait lui aussi partie de l’entourage de la Reine de Navarre, dont il est le valet de chambre.

Bibliographie:

Mathilde Vidal, « Panorama de l’étrenne: petite histoire d’un genre méconnu de la poésie française (1530-1650) », Seizième siècle 13 / 2017, p. 215-228.

La difficulté à communiquer de Bonaventure des Périers?

Dans un article essentiellement consacré aux Nouvelles Récréations et joyeux devis, Krystyna Kasprzyk décèle, chez Des Périers, une démonstration de l’impossibilité à communiquer chez les hommes, qui passe par la tromperie ou la feinte, par le manque de discernement, à l’origine de nombreux malentendus mais aussi par la polyphonie et l’ambiguïté du langage. Autant de situations qui produisent l’incompréhension entre les hommes.

On retrouverait cette problématique de l’incompréhension dans les poésies de Des Périers, en particulier dans les relations qui se jouent entre Des Périers et sa protectrice Marguerite de Navarre. Des Périers adopte une posture humble, marque d’une angoisse constante d’instabilité de sa situation. Dans une lecture très biographisante et psychologisante, K. Kasprzyk souligne ainsi que « la poésie de Des Périers n’en est pas moins marquée par cette attente et par l’incertitude: protestations qu’il appartient, corps et âme, à la Reine même sans être « advoué pour sien », supplications et offres de services réitérés, plaintes ». La longue attente dont fait état Des Périers, avant d’obtenir officiellement la protection de la Princesses, la disgrâce, qu’il évoque de façon à peine voilée expliquent la conversion d’un nom chargé de toutes les espérances, « Bonaventure », en un autre nom, « povre Dedalus », « qui pour s’envoler ne peut compter que sur ses propres « plumes » » (Kasprzyk, p. 178). Et Kasprzyk, y lisant une des raisons du suicide supposé de Des Périers, de conclure: « À lire ses poèmes on voit nettement que ses relations avec Marguerite sont pour Des Périers une source d’insécurité et d’inquiétude, où transparaît la crainte de ne pas se faire comprendre et accepter ».

Source:

Krystyna Kasprzyk, « Des Périers et la communication. Proposition d’une lecture des Nouvelles Récréations« , in Études seiziémistes offertes à M. le Professeur V.-L. Saulnier, Genève, Droz, 1980, p.169-178.

Une évocation des activités de secrétaire des Des Périers auprès de Marguerite

Dans son oraison funèbre de Marguerite de Navarre, Charles de Sainte-Marthe évoque les relations que la Reine entretenait avec ses secrétaires:

Et si elle s’appliqueoit, ou aux tappis, ou à d’aultres ouvrages de l’eguille (qui luy estoit une tresdelectable occupation) elle havoit pres d’elle quelcun, qui luy lisoit ou un historiographe, ou un poete, ou un aultre notable & utile auteur : ou elle luy dicteoit quelque meditation, qu’il mettoit par escrit. Je diray davantage un acte d’elle, qui pourra possiblement esmerveiller plusieurs personnes qui l’entendront, mais toutefois qui est veritable : & qui seroit (s’il en estoit necessité) confermé par le tesmoignage de maints grands & honorables hommes & femmes, qui comme moy l’ont veu : c’est que bien souvent elle entendoit à son ouvrage, & des deus costés au tour d’elle, deus de ses secretaires, ou aultres, estoient soubs elle occupés : l’un à recevoir des vers francois, qu’elle composeoit promptement, mais avec une erudition & gravite admirable : l’aultre, à escrire des lettres, qu’elle envoieoit à quelcun.

Sources:

  • In obitum incomparabilis Margaritae, illustrissimae Navarrorum reginae oratio funebris, Paris, Regnault et Claude Chaudière, 1550, in-4°, f° K ii v°-K iij r°.
  • Oraison funebre de l’incomparable Marguerite, Royne de Navarre, Duchesse d’Alencon. Composee en latin, par Charles de Saincte Marthe : & traduicte par luy, en langue Francoise. Plus, Epitaphes de ladicte D     me : par aulcuns Poetes Francois. Icy est le mirouer des Princesses, Imprime a Paris par Regnault Chauldiere, & Claude son fils, le vingtiesme d’April, 1550. Avec Privilege du Roy, pour six ans..

Bonaventure dans les livres de comptes de Marguerite d’Angoulême

On trouve, dans le livre de dépenses de Marguerite d’Angoulême, tenu par Jehan Frotté, mention de Bonaventure des Périers qui retrouve sa place de valet de chambre en 1541 auprès de la soeur du Roi, après qu’il fut rayé de l’état de sa maison.

Ainsi, au mois de juin 1541 figure un mandement de paiement, auquel s’ajoute, au mois d’octobre, un second:

« Le XVIIIe jour du mois d’octobre fut dépesché ung mandement adressant au receveur d’Alençon et du Perche, maistre Guillaume Alboust, pour mectre ès mains de Bonaventure des Périers la somme à quoy se pourra monter le rachapt des roy et reyne de Navarre par le décès de feu Jean Peigne pour raison du fief, terre et seigneurie des Champs tenue desditz seigneur et dame à cause de leur chastellenie de Belesme. »

C’est également en octobre 1541 qu’apparaît l’ordre de rétablir Bonaventure des Périers dans ses fonctions de valet de chambre et de lui verser sa pension pour l’année passée.

« Le dernier jour dudit mois d’octobre, dépesché à Dijon ung mandement adressant au trésorier et receveur général d’Alençon maistre Mathurin Javelle pour payer des deniers de sa charge de ceste présente année, finissant le dernier jour de décembre prochain venant, à Bonaventure des Périers, la somme de 110 livres tournoys à lui ordonnée par la dicte dame pour ses gaiges de varlet de chambre durant la dite année en laquelle il a esté obmis estre couché dans l’estat »

H. de la Ferrière-Percy rapproche ce dernier mandement des vers suivants adressés au chancelier d’Alençon (cités sur l’éd. Lacourt):

Prudent chancelier de renom,

Avant que faire la closture

De l’estat, n’oubliez le nom

Tant joyeux de Bonaventure.

Rappelons, enfin, que c’est un autre valet de chambre de Marguerite de Navarre, Antoine Du Moulin, qui éditera en 1544 le Recueil des Oeuvres de feu Bonaventure des Périers, qu’il a donc probablement côtoyé auprès de la Reine de Navarre.

Bibliographie:

Hector de la Ferrière-Percy: Marguerite d’Angoulême (soeur de François Ier). Son livre de dépenses (1540-1549). Étude sur ses dernières années, Paris, Auguste Aubry, 1862.