Ronsard, lecteur de Des Périers?

« Le Cantique de Siméon » est l’occasion, pour Des Périers, d’un travail sur le rythme de la strophe. Des Périers suit en cela la voie ouverte par Marot lors de sa traduction des Psaumes. Des Périers a opté pour un sixain que Philippe Martinon qualifie de « médiocrement lyrique » (p. 23), tout en en reconnaissant la joliesse des vers très courts.

Philippe Martinon, toujours, souligne que cette forme a été reprise par Ronsard et son entourage, en particulier dans la célèbre pièce adressée à Cassandre:

La lune est coutumière

Renaître tous les mois (…)

Il remarque que cette forme se retrouve également dans les chansons de Saint-Gelais à la même époque et suppose qu’il s’agit d’un rythme populaire, malgré les origines italiennes qu’on lui prête.

Bibliographie:

Philippe Martinon, Les strophes. Étude historique et critique sur les formes de la poésie lyrique en France depuis la Renaissance, Paris, Champion, 1911, p. 23-24.

Des Périers, inventeur de l’ode française?

Dans sa Réplique, Des Autels affirme que si Ronsard a développé l’ode française, il ne l’a toutefois pas inventée. Il précise ainsi que:

Je veux aussi bien advertir les François, que nostre Bourgogne leur ha produit le premier qui a commencé à bien user de l’ode, c’est Bonaventure des Periers, comme le montre son voyage de l’isle (…).

(Réplique, p. 370)

Des Périers a en effet adopté un mètre court dans des strophes hétérométriques, alternant strophes masculines et strophes féminines, qui transposent ainsi en français la variété métrique latine mise en oeuvre en particulier par Horace dans ses Odes. D’après Philippe Martinon, l’alternance entre rimes féminines et rimes masculines sur un rythme impair, héritage de la chanson médiévale, permet à Des Autels de faire le lien entre chanson française et ode, dont le rythme est mesuré à la lyre. Des Autels récuse ainsi « l’imitation-transposition des strophes antiques » (N. Dauvois, p. 183).

Par ailleurs, Philippe Martinon remarque que Des Autels reproduira le rythme au complet de cette pièce dans ses oeuvres. Le rythme adopté dans cette pièce provient d’un rythme ancien de strophe lyrique (3.3.7), légèrement modofié en retranchant ou allongeant parfois d’une syllabe l’un des vers courts:

Le second des deux verts courts d’abord, et ensuite le premier, est porté de 3 à 4, ce qui donne 3.4.7.4.3.7; dans le deuxième sixain, les deux vers courts sont remplacés successivement par 4.2 et 2.4, ce qui fait 4.2.7. 2.4.7. Ce dernier sixain, qui ne faut pas le premier, se retrouve ailleurs, dans le recueil.

Cette pièce qui reprend le rythme mis en lumière par Philippe Martinon est « À Clément Marot, Pere des Poëtes Françoys » dont voici la première strophe:

Mon Pere,

J’ay veu mon Frere

Accoustré mignonnement,

Que je m’en taise

De l’aise

Je ne pourrois bonnement(…)

Ce travail hétérométrique est peut-être à rapporter ici à l’identité même du dédicataire, qui, en tant que traducteur des Psaumes, a particulièrement favorisé le développement de la strophe hétérométrique dans la poésie lyrique française (sur le rôle de Marot, voir Philippe Martinon, p. 8-20).

Bibliographie:

  • Guillaume Des Autels, Réplique de Guillaume Des Autelz aux furieuses défenses de Louis Meigret avec la suite du repos de l’autheur, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazaeu, 1551.
  • Philippe Martinon, Les Strophes, étude historique et critique sur les formes de la poésie lyrique en France depuis la Renaissance, Paris, Champion, 1911, en particulier p. 22-23.
  • Nathalie Dauvois, La Vocation lyrique. La poétique du recueil lyrique en France à la Renaissance et le modèle des Carmina d’Horace, Paris, Garnier, 2010, p. 181-183.