« Le Cantique de Simeon » cité par Marguerite de Navarre

Le Recueil des Oeuvres de feu Bonaventure Des Périers présente deux paraphrases du « Cantique de la Vierge » et du « Cantique de Siméon » adressées à la Reine de Navarre. Cette dernière pièce est insérée par Marguerite de Navarre dans L’Inquisiteur. Elle fait partie des chansons entonnées par les enfants, qui participent à la conversion de l’inquisiteur.

Le Cantique de Simeon. A ladicte Dame.

Puis que de ta promesse

L’entier accomplyment

Octoye à ma vieillesse

Parfaict contentement,

J’attendray, sans soucy,

De la mort la mercy.

L’estincelle derniere

De mes ternissans yeux

Ont veu de ta lumiere

Le Rayon gracieux,

Dont je suis esblouy,

Et mon cueur resjouy.

Le Rayon pur, et munde,

Que tu as envoyé,

A fin que ce bas monde

Ne fust plus desvoyé,

Car son lustre obscurcy

En sera esclarcy.

Ta clarté preparée

Qui de loing reluyra,

A la gent esgarée

Par tout esclairera,

Et ton peuple affoibly

Sera lors anobly.

 

Bibliographie:

Verdun-L. Saulnier, « Étude critique sur les comédies profanes de Marguerite de Navarre », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 1947, IX, p.77, et Théâtre profane de Marguerite de Navarre, 2e édition, Genève, Droz, 1963, p.81.