Un blason de Des Périers

Le double colloque sur les blasons organisé par Thomas Hunkeler et Julien Goeury (programme) a permis de relancer la réflexion sur les blasons anatomiques du corps féminin, qui apparaît en particulier comme une manifestation de sociabilité poétique conformément aux pratiques lyonnaises du milieu des années 1530 au milieu des années 1540.

De fait, si Des Périers n’a pas participé au recueil des blasons, il a toutefois sacrifié au genre avec un « blason du nombril », publié dans l’édition posthume de 1544:

Le Blason du Nombril. A Jean des Goutes, Lyonnois.

Petit Nombril, milieu et Centre,

Non point tant seulement du ventre,

Entre les Membres enchassé,

Mais de tout ce Corps compassé,

Lequel est Souverain Chef d’œuvre,

Ou naifvement se descœuvre

L’art de l’ouvrier qui l’a orné,

Comme un beau Vase bien tourné,

Duquel tu es l’achevement,

Et le bout, auquel proprement

Celle grand’ Chaine d’or des Dieux

Tenant au hault Nombril des Cieulx

Fut puis par iceulx attachee,

Et petit à petit laschee,

En avallant ca bas au monde

Leur Poupine tan pure & munde,

Qui leur donna, comme j’entends,

Cent mille petis Passetemps

Avant qu’elle fust descendue,

Et des cieulx en terre rendue,

Au reng de ses predecesseurs,

Et au beau milieu de ses Sœurs

Les Vertus & Graces benignes.

Petit Neu, qui des mains Divines

Apres tout le reste parfaict

As esté le fin dernier faict,

Et manié tout freschement,

Duquel tresheureux touchement

La doulce Memoire recente

Tant te satisfaict & contente,

Qu’a peine à ton plus grand Amy

Te veulx tu monstrer à demy,

Ains te retires tellement

Que tu ne parois nullement

De peur que pollu tu ne sois

Si l’humain touchement recois

Qui en toy le Divin efface.

Petit Quignet, retraict, & place

De souveraine Volupté,

Ou se musse la voulenté

De chatouilleuse jouyssance,

Qui aux convis d’avantnaissance

Servis de Bouche au petit Corps,

Lequel ne mangeoit point pour lors,

Ains par toy sucçoit doulcement

Son delicat nourrissement,

Dont le petit Poupin croissoit

A mesure qu’on le trassoit

A mesure qu’on le trassoit

Au flan gauche de la matrice.

O l’ancienne Cicatrice

De la rongneuse doloreuse,

Que Deité trop rigoreuse

Feit jadis au povre Homfenin,

Animal sans fiel, ne venin !

Lequel, contre toute pitié,

Fut divisé par la mytié,

Et faict d’un Entier tant heureux

Deux demys Corps trop langoreux,

Qui depuis sont tousjours errans,

Et l’un l’autre par tout querans

En grand desir d’eulx reünir,

N’estoit le honteux souvenir

De la Divine cruaulté,

Qui, nonobstant leur loyaulté,

Les vient si fort esfaroucher,

Qu’ilz ne s’oseroient approcher

Pour rassembler leur Creature

Quand ilz se trouvent d’adventure,

Sinon quelque fois en secret,

Ou ilz desgorgent le regret

Qu’ilz ont de leur perte indicible,

Essayans s’il seroit possible

Que leurs Nombrilz, ensemble mys,

Devinssent Un de deux Demys,

Comme ilz estoient premierement

Avant leur desemparement

Petit bout, petit but unique,

Ou viser faulx & inique

Ne peut attaindre de vistesse,,

Mais bien le loyal par addresse,

S’il ne m’est possible en presence

Te veoir, au moins en recompense

Ay je dequoy penser en toy,

Car je trouve je ne scay quoy

En toutes choses de Nature,

Ayant la forme & pourtraicture

De toy, Nombril, tant gracieux,

Et de celuy qui est es cieulx,

Quand ne seroit ja que le mien

Qu’en memoire de vous je tien,

Et considere jours & nuicts

Pour tout soulas de mes ennuys.

O Nombril ! dont l’aise parfaicte

Gist au Demy qui te souhaite,

Lequel jamais ne sera aise

Que franchement il ne te baise,

En remembrance singuliere

De l’union, jadis Entiere,

Ou se peult trouver justement

L’heureux poinct de Contentement.

 

On constate que ce blason est offert à Jean des Gouttes, personnage essentiel du milieu lyonnais que les travaux de Pascale Mounier, dans son édition de Philandre, ont permis de mieux connaître. Jean des Gouttes est un familier du groupe qui gravite à Lyon autour d’Étienne Dolet, de Maurice Scève et de Charles Fontaine. Il participe par exemple au Recueil de vers latins et vulgaires de 1536 sur la mort du Dauphin.