Bonaventure dans les livres de comptes de Marguerite d’Angoulême

On trouve, dans le livre de dépenses de Marguerite d’Angoulême, tenu par Jehan Frotté, mention de Bonaventure des Périers qui retrouve sa place de valet de chambre en 1541 auprès de la soeur du Roi, après qu’il fut rayé de l’état de sa maison.

Ainsi, au mois de juin 1541 figure un mandement de paiement, auquel s’ajoute, au mois d’octobre, un second:

« Le XVIIIe jour du mois d’octobre fut dépesché ung mandement adressant au receveur d’Alençon et du Perche, maistre Guillaume Alboust, pour mectre ès mains de Bonaventure des Périers la somme à quoy se pourra monter le rachapt des roy et reyne de Navarre par le décès de feu Jean Peigne pour raison du fief, terre et seigneurie des Champs tenue desditz seigneur et dame à cause de leur chastellenie de Belesme. »

C’est également en octobre 1541 qu’apparaît l’ordre de rétablir Bonaventure des Périers dans ses fonctions de valet de chambre et de lui verser sa pension pour l’année passée.

« Le dernier jour dudit mois d’octobre, dépesché à Dijon ung mandement adressant au trésorier et receveur général d’Alençon maistre Mathurin Javelle pour payer des deniers de sa charge de ceste présente année, finissant le dernier jour de décembre prochain venant, à Bonaventure des Périers, la somme de 110 livres tournoys à lui ordonnée par la dicte dame pour ses gaiges de varlet de chambre durant la dite année en laquelle il a esté obmis estre couché dans l’estat »

H. de la Ferrière-Percy rapproche ce dernier mandement des vers suivants adressés au chancelier d’Alençon (cités sur l’éd. Lacourt):

Prudent chancelier de renom,

Avant que faire la closture

De l’estat, n’oubliez le nom

Tant joyeux de Bonaventure.

Rappelons, enfin, que c’est un autre valet de chambre de Marguerite de Navarre, Antoine Du Moulin, qui éditera en 1544 le Recueil des Oeuvres de feu Bonaventure des Périers, qu’il a donc probablement côtoyé auprès de la Reine de Navarre.

Bibliographie:

Hector de la Ferrière-Percy: Marguerite d’Angoulême (soeur de François Ier). Son livre de dépenses (1540-1549). Étude sur ses dernières années, Paris, Auguste Aubry, 1862.