La difficulté à communiquer de Bonaventure des Périers?

Dans un article essentiellement consacré aux Nouvelles Récréations et joyeux devis, Krystyna Kasprzyk décèle, chez Des Périers, une démonstration de l’impossibilité à communiquer chez les hommes, qui passe par la tromperie ou la feinte, par le manque de discernement, à l’origine de nombreux malentendus mais aussi par la polyphonie et l’ambiguïté du langage. Autant de situations qui produisent l’incompréhension entre les hommes.

On retrouverait cette problématique de l’incompréhension dans les poésies de Des Périers, en particulier dans les relations qui se jouent entre Des Périers et sa protectrice Marguerite de Navarre. Des Périers adopte une posture humble, marque d’une angoisse constante d’instabilité de sa situation. Dans une lecture très biographisante et psychologisante, K. Kasprzyk souligne ainsi que « la poésie de Des Périers n’en est pas moins marquée par cette attente et par l’incertitude: protestations qu’il appartient, corps et âme, à la Reine même sans être « advoué pour sien », supplications et offres de services réitérés, plaintes ». La longue attente dont fait état Des Périers, avant d’obtenir officiellement la protection de la Princesses, la disgrâce, qu’il évoque de façon à peine voilée expliquent la conversion d’un nom chargé de toutes les espérances, « Bonaventure », en un autre nom, « povre Dedalus », « qui pour s’envoler ne peut compter que sur ses propres « plumes » » (Kasprzyk, p. 178). Et Kasprzyk, y lisant une des raisons du suicide supposé de Des Périers, de conclure: « À lire ses poèmes on voit nettement que ses relations avec Marguerite sont pour Des Périers une source d’insécurité et d’inquiétude, où transparaît la crainte de ne pas se faire comprendre et accepter ».

Source:

Krystyna Kasprzyk, « Des Périers et la communication. Proposition d’une lecture des Nouvelles Récréations« , in Études seiziémistes offertes à M. le Professeur V.-L. Saulnier, Genève, Droz, 1980, p.169-178.