Quelques notes sur les sources de Des Périers

Dans un article sur la poésie religieuse de Des Périers, Lionello Sozzi souligne le fait que la poésie de Des Périers s’appuie presque systématiquement sur un hypertexte, comme si « le poète se mépren[ait] sur la gentillesse de sa propre inspiration ». Ainsi, presque la moitié du recueil de 1544 est constituée de traductions ou de paraphrases poétiques: « L’inspiration de Bonaventure semble avoir besoin d’un soutien, sa muse ne prend l’essor qu’à partir d’un terrain que d’autres ont déjà défriché. » Parmi ces textes composés avec tuteurs, on trouve:

  • « Des Roses »: Ausone
  • Épitaphe du Dauphin François: vers du poète néo-latin Lateranus
  • « La queste d’amitié »: Platon (par la version de Ficin, me semble-t-il. Le travail d’identification des sources est en cours)
  • « L’homme de bien »: pseudo-Virgile, « De ludo »
  • « Des quatre princesses »: pseudo-Sénèque, Traité des quatre vertus (attribuable à Martin de Braga)
  • Blason du nombril: néo-platonisme de Ficin, Cantique des Cantiques, et peut-être Héroët (avec un problème de priorité entre Des Périers et Héroët)
  • « Cantique de la Vierge » et « Cantique de Siméon »: Évangile de saint Luc, paraphrase poétique du « Magnificat » (I, 46-55 et II, 29-32)
  • « Le Cry touchant de trouver la bonne femme »: proverbe de la femme forte, Proverbes, XXXI, 10-31, d’après la traduction de la Bible par Olivetan, à laquelle Des Périers à participé sous le ton d’Eutychus Deperius. C’est aussi sur la traduction d’Olivetan que Des Périers s’est appuyé pour sa traduction du « Cantique de Moyse » tiré du Deutéronome (XXXII, 1-43) publié dans un recueil de psaumes de 1545.

Source:

Lionello Sozzi, « Remarques sur la poésie religieuse de Des Périers », in Études seiziémistes offertes à M. le Professeur V.-L. Saulnier, Genève, Droz, 1980, p. 205-222.