Une évocation des activités de secrétaire des Des Périers auprès de Marguerite

Dans son oraison funèbre de Marguerite de Navarre, Charles de Sainte-Marthe évoque les relations que la Reine entretenait avec ses secrétaires:

Et si elle s’appliqueoit, ou aux tappis, ou à d’aultres ouvrages de l’eguille (qui luy estoit une tresdelectable occupation) elle havoit pres d’elle quelcun, qui luy lisoit ou un historiographe, ou un poete, ou un aultre notable & utile auteur : ou elle luy dicteoit quelque meditation, qu’il mettoit par escrit. Je diray davantage un acte d’elle, qui pourra possiblement esmerveiller plusieurs personnes qui l’entendront, mais toutefois qui est veritable : & qui seroit (s’il en estoit necessité) confermé par le tesmoignage de maints grands & honorables hommes & femmes, qui comme moy l’ont veu : c’est que bien souvent elle entendoit à son ouvrage, & des deus costés au tour d’elle, deus de ses secretaires, ou aultres, estoient soubs elle occupés : l’un à recevoir des vers francois, qu’elle composeoit promptement, mais avec une erudition & gravite admirable : l’aultre, à escrire des lettres, qu’elle envoieoit à quelcun.

Sources:

  • In obitum incomparabilis Margaritae, illustrissimae Navarrorum reginae oratio funebris, Paris, Regnault et Claude Chaudière, 1550, in-4°, f° K ii v°-K iij r°.
  • Oraison funebre de l’incomparable Marguerite, Royne de Navarre, Duchesse d’Alencon. Composee en latin, par Charles de Saincte Marthe : & traduicte par luy, en langue Francoise. Plus, Epitaphes de ladicte D     me : par aulcuns Poetes Francois. Icy est le mirouer des Princesses, Imprime a Paris par Regnault Chauldiere, & Claude son fils, le vingtiesme d’April, 1550. Avec Privilege du Roy, pour six ans..


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.