À propos du Taratantara

Le Recueil des oeuvres présente un « Caresmeprenant, En Taratantara » et signe ainsi l’entrée du mot dans le vocabulaire poétique français.

Dans Le décasyllabe à césure médiane. Histoire du taratantara (Paris, Garnier, 2012), Alain Chevrier étudie l’origine du mot et son parcours dans la poésie française. Ce sont les débuts du taratantara dans la poésie française qui nous intéresseront ici.

Origines antiques du taratantara

La première occurrence connue du mot se trouve dans un vers d’Ennius, fragment des Annales rapporté par Priscien et par Servius dans son commentaire sur Virgile:

At tuba terribili sonitu taratantara dixit

(mais la trompette fait entendre ses terribles sons, son taratantara)

Le mot est souvent cité comme exemple de cacophonie: il sonne ainsi dans les textes latins du XVIe siècle, au coeur des combats. Les humanistes ont ressuscité l’onomatopée, qui n’avait pas survécu par voie orale, à partir des textes antiques.

Les débuts du taratantara en France au XVIe siècle

Au XVIe siècle, c’est Christophe de Barrouso qui emploie le mot à propos de vers à césure après la 5e syllabe (Le Jardin amoureux contenant toutes les regles damours: avecques plusieurs lettres missives tant de lamant comme de lamye: faict et composé par Cristofle de Barrouso, Lyon, (1537)). Walter Thomas (Le Décasyllabe roman et sa fortune en Europe. Essai de métrique comparée, Travaux et mémoires de l’Université de Lille, 1904, p. 45, n. 2) présente l’hypothèse d’une influence espagnole chez Des Périers et chez Barrouso. Ces auteurs auraient emprunté au modèle du verso de corte mayor, vers purement accentuel.

Selon Alain Chevrier, Des Périers a pu trouver le mot taratantara dans la littérature ancienne et néolatine. Quant à la forme en 5-5, il a pu prendre connaissance du livre deBarrouso paru à Lyon quelques années plus tôt.

La forme du taratantara chez Des Périers

Quant à la forme du vers taratantara chez Des Périers, Alain Chevrier propose un essai de scansion. il relève ainsi 90% d’iambes (110) et d’anapestes (56). Au terme de ce travail de scansion, Alain Chevrier aboutit à la conclusion suivante: « Le taratantara de Bonaventure des Périers nous paraît ainsi pouvoir se définir comme un vers composé qui suit à la fois une contrainte syllabique (2 hémistiches de 5 syllabes) et une contrainte accentuelle » (p. 90). Toutefois, Alain Chevrier ne rejette pas totalement l’hypothèse purement syllabique: « Dans cette conjecture, on peut penser que pour amuser sa protectrice, le poète se serait livré à un jeu de déconstruction du décasyllabe ordinaire, en lui donnant le rythme de deux pentasyllabes. Dans ses comédies, Marguerite de Navarre a écrit de longues tirades sur ce petit vers dansant » (p. 91).

Le Recueil présente une seconde occurrence de taratantara, moins affichée: il s’agit de l' »Epître de félicitation à Marot, lors de son retour de Ferrare », apparemment en prose (Recueil, p. 120). Une fois reconstitués, ces huit vers constituent des taratantara en rimes plates. Ces vers se cachent, « honteux d’être « sans rime ni raison » ». L’expression tire son origine de la prosodie, « sans rime ni mesure ». En ce sens, l’expression employée par Des Périers pourrait faire pencher dans le sens d’une origine non accentuelle de ce vers.

Le vostre volant Dedalus

Ce carnet porte sur le Recueil des oeuvres de feu Bonaventure des Périers, paru de manière posthume à Lyon en 1544.

Bonaventure des Périers est essentiellement connu comme l’auteur des Nouvelles Récréations et Joyeux Devis parus de manière posthume en 1558. On lui attribue également, avec quelques précautions, la paternité de l’anonyme et étrange Cymbalum Mundi. Il a par ailleurs collaboré, sous le nom d’Eutychus Deperius, à la Bible d’Olivétan (1535), puis à l’édition des Commentaires de la langue latine de Dolet (1536). On oublie souvent le Recueil de ses œuvres, édité par Antoine Du Moulin après sa mort et paru en 1544 chez Jean de Tournes, recueil qui n’a depuis connu qu’une édition partielle par Lacour au XIXe siècle pour la Bibliothèque Elzévirienne.

Ce Recueil, dédié à Marguerite de Navarre (dont Des Périers comme Du Moulin étaient les valets de chambre), présente pourtant un intérêt non négligeable : on y trouve la première traduction française du Lysis de Platon, une paraphrase en vers blancs de la première satire d’Horace ainsi qu’une traduction en vers du De Quatuor Virtutibus Cardinalibus (alors attribué à Sénèque), des opuscules divers, en vers ou en prose, adressés à diverses personnalités politiques, nationales ou lyonnaises, des épigrammes ainsi que des chansons spirituelles et paraphrases bibliques. Certaines de ces pièces furent mises en musique par Jacques Buus, musicien protestant qui séjourna à Lyon avant de rejoindre l’Italie et de publier un recueil de chansons spirituelles.

Les pièces adressées à Marguerite de Navarre attirent particulièrement l’attention, en ce qu’elles permettent de compléter l’étude du cercle de la Reine et plus particulièrement d’affiner l’analyse des positions religieuses – nuancées et parfois contradictoires – de ce groupe en ces années cruciales dans l’histoire religieuse du siècle. Bonaventure des Périers appartient à un réseau perméable aux idées de l’évangélisme et le Recueil accorde à la reine de Navarre une place centrale dans la spiritualité de l’auteur.

Le Recueil marque une étape essentielle dans la politique éditoriale de l’imprimeur Jean de Tournes : c’est le premier recueil de poésie contemporaine sorti des presses de l’imprimeur. Il inaugure ainsi une série poétique menée par l’éditeur scientifique Antoine Du Moulin : dès l’année suivante en effet paraissent les Rymes de Pernette Du Guillet, elles aussi posthumes, dont nous avons donné l’édition scientifique chez Droz en 2006. Le Recueil contribue en particulier à diffuser les théories néoplatoniciennes introduite en France par le milieu lyonnais et que l’on retrouvera régulièrement dans le catalogue de Jean de Tournes (dès les Rymes de Du Guillet). Des Périers associe étroitement le néoplatonisme à sa spiritualité, contrairement par exemple à un Antoine Héroët qui laïcise le modèle ficinien.

Par ailleurs, c’est à la fin du Recueil que Jean de Tournes, alors au début de sa carrière à son compte, fait figurer un étonnant avis de « L’imprimeur aux imprimeurs » qui se présente comme une charte instaurant une éthique de l’impression, afin de respecter le travail de la concurrence en limitant les pratiques de pillages et de piratages.